Assises. Braquage de la boucherie de Malicorne : « Ça aurait pu mal finir »

...
© Le boucher et ses deux salariés avaient été braqués le 19 juillet 2014 à Malicorne. Ici, les scellés montrés lors de ce procès. Photo ML

Le boucher de Malicorne et ses deux salariés, braqués en juillet 2014, ont livré leurs témoignages ce mercredi devant la cour d’assises, qui juge depuis lundi cinq jeunes hommes accusés de vol avec armes ou de complicité.

Au moment du braquage, alors qu’un des agresseurs maintenait un salarié à terre, le menaçant avec une arme, le boucher a bondi dessus. « Je n’avais pas vu les deux autres. »

Sur les deux autres braqueurs, l’un a fait usage d’une bombe lacrymogène, l’autre a tiré avec son arme : la balle a fini sa course dans un hublot.

Le boucher et ses deux salariés ont empêché l’un des agresseurs de s’enfuir ; il a pu être interpellé sur place par les gendarmes.

« Braquer une boucherie, franchement, c’est de l’inconscience. Il y a des couteaux partout. Ça aurait pu mal finir », témoignait ce mercredi le boucher malicornais.

Compte rendu d’audience complet dans « Le Maine Libre » de ce jeudi 12 octobre. Un journal à lire en version numérique en cliquant ici.